Que savez-vous à propos de l’AVC?

Date

7 JUIN 2022

 

Saviez-vous que juin est le mois de la sensibilisation à l’AVC?

Le mois de juin est dédié à la sensibilisation aux accidents vasculaires cérébraux (AVC). C’est l’occasion de conscientiser le plus de gens possible aux dangers de cette affection grave et à l’importance d’une intervention rapide lorsqu’elle survient. (Hayward, 2017)  

 

Saviez-vous que, selon l’Institut-Hôpital neurologique de Montréal, au Canada, un AVC se produit toutes les 10 minutes ? De ceux-ci, environ 14 000 Canadiens en meurent chaque année, ce qui en fait la troisième cause de décès chez les Canadiens. (Hayward, 2017)

 

Un AVC, c’est quoi au juste?

Un accident vasculaire cérébral (AVC) est un déficit neurologique soudain d’origine vasculaire causé par un infarctus ou une hémorragie au niveau du cerveau. Le flux sanguin vers le cerveau est ainsi arrêté. Le terme « accident » souligne l’aspect soudain ou brutal des symptômes.

 

Le flux sanguin dans le cerveau est essentiel, car…

 

Le cerveau a besoin d’un apport constant en oxygène et en nutriments pour bien fonctionner. L’interruption de cet apport peut causer la mort des certaines cellules. (Johns Hopkins Medicine, s.d.) À son tour, le décès des cellules peut entraîner des lésions cérébrales durables, une invalidité à long terme, et même le décès. (Centers for Disease Control and Prevention, 2022)  

 

Y a-t-il une différence entre l’AVC et la crise de cœur ?

Tout à fait! L’AVC et la crise cardiaque sont deux troubles bien différents, car ils ne touchent pas le même organe. L’AVC est causé par un blocage ou une rupture d’un vaisseau sanguin au niveau du cerveau. Pour sa part, l’infarctus du myocarde (crise cardiaque) est causé par  le blocage des artères coronaires qui empêche d’acheminer assez d’oxygène au cœur. (Brunet, s.d.)

 

Y a-t-il plus d’un type d’AVC ?

Oui, il existe trois types d’AVC.

 

L’AVC ischémique

Le terme Ischémie désigne une interruption de la circulation sanguine dans un organe (OQLF, 1999). L’AVC est donc considéré de type ischémique lorsqu’il est causé par un caillot de sang qui bouche un vaisseau sanguin du cerveau. D’ailleurs, c’est le type d’AVC le plus commun. (Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, s.d.(a))

 

L’AVC hémorragique

Le terme Hémorragie désigne un écoulement de sang hors des vaisseaux sanguins. ( OQLF, 2019) Un AVC est donc qualifié d’hémorragique lorsqu’il est causé par une rupture d’une artère dans le cerveau. (Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, s.d.(a))

 

Le « Mini AVC »

Au sens propre, le mini AVC n’est pas un AVC. Il s’agit plutôt d’un Accident ischémique transitoire (AIT). L’AIT est une altération de la fonction cérébrale due à une interruption temporaire de l’apport sanguin au cerveau qui dure généralement moins d’une heure. (Chong, 2020)

 

Les causes et symptômes des AIT et des AVC ischémiques sont identiques. Toutefois, contrairement à l’AVC, l’AIT ne semble pas provoquer de dommages permanents au cerveau. En effet, les symptômes de l’AIT disparaissent entièrement et rapidement, et le nombre de cellules cérébrales qui en meurent est très limité, voire nul. En d’autres mots, le caillot bloque l’artère pendant moins d’une heure et la circulation finit par se rétablir d’elle-même sans qu’une intervention médicale soit nécessaire.

 

Il ne faut cependant pas le sous-estimer ou l’ignorer. L’AIT peut être un signe prémonitoire d’un AVC ischémique imminent. Reconnaître un AIT, en identifier la cause et la traiter peut contribuer à prévenir un AVC. (Chong, 2020)  

 

Que se passe-t-il lors d’un AVC?

Les symptômes

Les principaux signes et symptômes d’un AVC ou de l’AIT sont les mêmes pour les hommes et les femmes. Pour les identifier, il faut se demander si la victime possède un ou plusieurs signes suivants :

 

Visage – Est-il affaissé? Y a-t-il une déformation de la bouche ?  

 

Incapacité – La victime peut-elle lever les deux bras en même temps?  

 

Trouble de la parole – La victime a-t-elle des troubles d’élocution ou de prononciation?

 

Extrême urgence – Appel rapide aux services préhospitaliers d’urgences (9-1-1)

 

(Source : Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, 2021)  

 

Bien que les signes VITE soient les plus courants, ce ne sont pas les seuls. Les signes suivants sont moins communs, mais peuvent aussi être précurseurs d’un AVC ou d’un AIT :

  • Maux de tête soudains, intenses et sans apparente cause. Ils ressemblent à de brusques migraines et s’accompagnent d’autres symptômes.
  • Engourdissement ou faiblesse généralement localisée dans tout un côté du corps, mais qui peut aussi être seulement située au niveau du visage ou d’une jambe.
  • Troubles de vision qui se traduisent par une vision double ou floue, ou une perte de vision d’un oeil ou des deux yeux.
  • Étourdissements causant des difficultés soudaines à marcher, des pertes d’équilibre ou un manque de coordination.

(Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, 2021)  

En cas de symptômes

  • Faites cesser toute activité, desserrez les vêtements et placez la victime en position de confort.  
  • Couvrez-la à l’aide d’une couverture chaude ou d’aluminium.  
  • Prévenez immédiatement le 9-1-1
  • Réévaluez régulièrement les signes vitaux.  

 

Que les symptômes soient persistants (AVC) ou qu’ils disparaissent rapidement (AIT), il est essentiel de suivre la même procédure.  

 

Le traitement

Le traitement d’un AVC commence dès l’arrivée des services préhospitaliers d’urgence au domicile. Lors de l’arrivée à l’hôpital, l’équipe médicale à trois  

objectifs :  

  • Stabiliser votre état (respiration, la fonction cardiaque, la pression artérielle, les saignements, etc.)  
  • Poser un diagnostic (AIT, AVC ischémique ou AVC hémorragique)  
  • Mettre en œuvre le traitement selon le type d’AVC.  

(Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, s.d.(c))

 

En cas d’AVC ischémique :

Si la victime se rend dans les trois heures suivant l’apparition des premiers symptômes à l’hôpital, elle peut avoir un type de médicament appelé thrombolytique, qui brise les caillots. Celles qui reçoivent ce médicament ont plus de chances de se rétablir complètement de l’AVC et sont également moins susceptibles d’avoir besoin de soins de longue durée.  

 

Si la victime se rend à l’hôpital après trois heures, les professionnels peuvent administrer d’autres médicaments, tels que des anticoagulants, ou pratiquer une intervention chirurgicale pour retirer le caillot.  

 

(Centers for Disease Control and Prevention, 2022)  

 

En cas d’AVC hémorragique :

Plusieurs traitements pour arrêter l’hémorragie et sauver le tissu cérébral peuvent être prodigués, dont des médicaments, une intervention chirurgicale ou d’autres procédures telles que :  

Les procédures endovasculaires : elles peuvent aider à réparer un point faible ou une rupture dans un vaisseau sanguin.  

 

Le traitement chirurgical : Si le saignement est causé par une rupture d’anévrisme, une agrafe métallique peut être mise en place pour arrêter la perte de sang.

(Centers for Disease Control and Prevention, 2022)  

 

Le rétablissement

Selon la Fondation des maladies du cœur, les séquelles d’un AVC peuvent être de faibles à sévères et varient d’une personne à l’autre.

 

La gravité dépend de facteurs comme :

  • Le type d’AVC (ischémique ou hémorragique);
  • L’hémisphère du cerveau dans lequel l’AVC s’est produit (gauche ou droit);
  • Les régions du cerveau qui ont été atteintes par l’AVC;
  • L’étendue de la région endommagée du cerveau;
  • Les fonctions du corps que contrôle cette région;
  • La durée de l’interruption du flux sanguin dans la partie du cerveau concernée.

(Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, s.d.(a))

 

Quels en sont les facteurs de risque ?

Connaître ces facteurs de risques entourant l’AVC est essentiel, car cela permet de faire certains choix dans ses habitudes de vie qui aideront à les réduire. Certains de ces facteurs de risques sont malheureusement incontrôlables. Cependant, les connaître permet d’être conscient de son propre risque et d’être plus attentifs à sa santé et de surveiller les signes avant-coureurs.

 

Les habitudes de vie

  • L’adoption d’une alimentation malsaine  
  • Le manque d’exercices
  • Un poids malsain
  • Le tabagisme  
  • Le rythme de vie propice au stress
  • La consommation d’alcool et de drogues récréatives  
  • Les problèmes de santé
  • L’hypertension artérielle  
  • Le taux élevé de cholestérol  
  • Le diabète
  • La fibrillation vasculaire  
  • Le déficit cognitif vasculaire
  • Les troubles de santé mentale, tels que l’anxiété et la dépression

 

Les facteurs incontrôlables  

  • Le sexe : En raison de leur physiologie cardio-vasculaire distincte et des multiples changements hormonaux vécus au cours de leur vie, certains risques sont spécifiques aux femmes. À titre d’exemple, le risque augmente après la ménopause.
  • L’âge : Le risque augmente en vieillissant.
  • Les antécédents familiaux et médicaux
  • Les origines autochtones : Malheureusement, «Les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis souffrent plus fréquemment d’hypertension artérielle et de diabète. » (Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, s.d.(b))
  • Les origines africaine et sud-asiatique : Tout comme les personnes d’origine autochtone, le risque d’hypertension artérielle et de diabète est plus élevé pour les gens d’origine africaine et sud-asiatique.

 

Les facteurs associés à la grossesse  

La grossesse et l’AVC peuvent être indirectement liés en raison du stress, de la prise de poids et des changements hormonaux qui peuvent à leur tour occasionner des problèmes qui augmentent le risque d’AVC, tels que :

  • L’hypertension artérielle
  • La prééclampsie
  • Le diabète gestationnel

Prendre de bonnes habitudes pour mettre toutes les chances de votre côté

 

Personne n’est à l’abri d’un AVC, et ce, à tout âge. En revanche, certaines actions peuvent aider à en réduire les chances. Des actions comme surveiller votre alimentation, limiter l’alcool, éviter le tabac et rester actif ne sont pas recommandées pour vous ennuyer. Prendre soin de votre corps et de votre esprit en adoptant des habitudes saines peut faire toute la différence.  

 

Sources

  • Brunet. S.d. « Les maladies cardiovasculaires et l’AVC ». https://www.brunet.ca/sante/conseils-sante/maladies-cardiovasculaires-et-avc/ [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Centers for Disease Control and Prevention. 2022. « About Stroke ». https://www.cdc.gov/stroke/about.htm [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Chong, J. 2020. « Accidents ischémiques transitoires (AIT) ». Le manuel Merk. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-épinière-et-des-nerfs/accident-vasculaire-cérébral-avc/accidents-ischémiques-transitoires-ait [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Fondation des maladies du coeur et de l’AVC. 2021. « Existe-t-il d’autres signes de l’AVC que VITE ? ». https://www.coeuretavc.ca/avc/signes-de-l-avc/existe-t-il-d-autres-signes-de-l-avc-que-vite [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Fondation des maladies du cœur et de l’AVC. S.d. (a). « Les types d’AVC ». https://www.inspq.qc.ca/guide-d-identification-des-tiques-du-quebec/autres-especes-de-tiques-retrouvees-au-quebec [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Fondation des maladies du cœur et de l’AVC. S.d. (b). « Risque et prévention ». https://www.coeuretavc.ca/avc/risk-and-prevention [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Fondation des maladies du cœur et de l’AVC. S.d. (c). « Traitements ». https://www.coeuretavc.ca/avc/traitements [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Hayward, S. 2017. « Juin, mois de la sensibilisation à l’AVC ». Le Neuro. https://www.mcgill.ca/neuro/fr/channels/news/juin-mois-de-la-sensibilisation-lavc-268466 [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Johns Hopkins Medicine. S.d. « Health : Stroke ». https://www.hopkinsmedicine.org/health/conditions-and-diseases/stroke [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Office québécoise de la langue française (OQLF). 1999. « Ischémie »[Grand dictionnaire terminologique]. Gouvernement du Québec. https://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8374325 [Dernière consultation le 10/06/2022]
  • Office québécoise de la langue française (OQLF). 2019. « Hémorragie »[Grand dictionnaire terminologique]. Gouvernement du Québec. https://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=17028499&terme=h%u00e9morragie [Dernière consultation le 10/06/2022]

 

Article rédigé par Laurie Lévesque, créatrice de contenu pour l’Académie Saint-Bernard.

Édité et mis en page par Émilie Bédard, responsable des communications.

1